Les chèvrefeuilles, qu'ils soient sauvages ou cultivés, sont cette année extrèmement fournis en fleurs. Hum,... l'odeur!!

Mais il n'y a pas que nous qui y succombions. Les insectes aussi. En particulier les abeilles venues des ruches voisines qui, comme si elles s'ennivraient, paraissent ne plus pouvoir en repartir. Elles butinent et finissent chargées comme des mules, du précieux pollen. Leur vol devient alors plus difficile et lent.

Sur la photo ci-dessous, on voit que les corbeilles sont plus que pleines et que l'abeille a constamment la langue tirée, prête à travailler...

ApiesTrès grande